Le 22 Juin dernier a été inaugurée la première route électrique au monde dans le centre de la Suède, aux alentours de la ville de Gävle. L’aboutissement d’investissements considérables en R&D marque la détermination de la Suède à réduire l'utilisation des énergies fossiles pour le transport routier de marchandises. En effet, le secteur du transport représente 1/3 des émissions polluantes dans l'atmosphère.

Une route électrique, vous avez dit ?

Basiquement, la route électrique pour les poids lourds peut s’apparenter aux voies de chemins de fer ou aux tramways qui trouvent leur énergie motrice par un transfert d'électricité par frottement. Les bras articulés sont installés au dessus de la cabine et l’archet est la pièce qui se charge d’établir la liaison électrique.

Le camion est donc équipé d’un pantographe qui permet de collecter le courant sur les lignes électriques aériennes installées sur la voie de droite de la route, la voie généralement réservée aux poids lourds. La technologie de transfert d'électricité a été développée par Siemens qui a installé sur la route une succession de caténaires.

Grâce à cette configuration de la route, les camions sont totalement libres de se connecter à la liaison électrique. Si le véhicule décide de quitter la voie électrique ou de doubler un autre véhicule, le retour à une propulsion classique par moteur à combustion ou sur batterie électrique est enclenchée.

Scania, une technologie hybride couplé avec des pantographes

Un tronçon de 2 kilomètres sur l’autoroute E16 est totalement dédié aux expérimentations menées par le constructeur de poids lourds et de bus, Scania. Des camions hybrides peuvent circuler dans un milieu usuel mêlé au trafic tout en utilisant la nouvelle technologie de transfert d'électricité.

Ce projet ambitieux résulte de partenariats de Scania avec l’entreprise Siemens mais surtout avec les acteurs publics locaux.

Les camions test sont des Scania hybrides dont la propulsion est basée sur un mix énergétique mi électrique, mi thermique. Ces véhicules répondent aussi à la norme EURO 6, la plus récente et la plus stricte en terme d’émissions polluantes, grace à l’utilisation de biocarburants.

Les batteries embarquées ne sont cependant pas très performantes … elles ne permettent que le parcours de 3 kilomètres sur autonomie.

C’est un investissement majeur qui fait partie du plan ambitieux de Scania de proposer en 2030 des flottes sans énergie fossile.

Des acteurs du transport à l’assaut du futur, une nécessité pour l’environnement

En Suède, une compétitivité très forte s’est déjà installée autour des transports durables ce qui permet de maintenir un rythme très soutenu de recherches aboutissant à des innovations.

Ce programme d’innovation a été principalement soutenu par des fonds publics, dont un versement de 5 millions d’euros par l’autorité régionale de Gävleborg. Les politiques locales veulent soutenir massivement les initiatives de transition énergétique et les démarches qui aboutissent à la réduction des émissions.

D’autres initiatives de recherche sur les futures smart roads sont en cours. Notamment des routes qui veulent permettre le rechargement des batteries des véhicules électriques lorsqu’ils sont en mouvement via un revêtement à induction électromagnétique.

De nombreux défis technologiques sont à relever et des coûts d'adaptation à la transition énergétique sont à prévoir.

Les tests sur cette portion de route vont courir jusqu’à 2018 pour optimiser la technologie mais surtout réfléchir au déploiement possible sur des réseaux routiers plus importants.

Lors de l’inauguration en Juin dernier; le responsable de la R&D de Scania, Claes Erixon, explique: «La route électrique présente une étape importante sur la voie vers un transport sans pétrole. Scania s’engage pour la réussite de ce projet et pour les solutions de transport durables.»