Le réchauffement climatique est une réalité qui redéfinit les enjeux de demain. Le transport qui est responsable d’⅓ des émissions de CO2 se doit de se réinventer pour proposer des solutions viables et durables.

Les constructeurs poids lourds ont déjà enclenché la marche en avant avec une transition en cours vers le GNL, gaz naturel liquéfié comme force de propulsion.

L'industrie gazière allemande essaye d’orienter les travaux de recherche sur les systèmes de propulsion dans ce sens en proposant le GNL qui est moins volumineux et qui améliore l’autonomie.

Iveco, le Stralis NP

Iveco a proposé dernièrement un modèle grand routier fonctionnant exclusivement avec la technologie de GNL avec deux réservoirs de 540 litres chacun.
La marque a misé sur une campagne promotionnelle choc qui met en avant les défis de demain et la réduction obligatoire des émissions polluantes. Un Stralis Np a fait le tour de Berlin, avec sur son plateau , une représentation du parlement allemand en glace. Au fur et à mesure des kilomètres, le bâtiment disparaît totalement … Le constructeur a voulu montrer par ce biais les effets du réchauffement global. Iveco veut aussi interpeller les politiques publiques sur l’importance de respecter les objectifs de 2020 climate change (“changement climatique"). La réduction des émissions est devenu un des objectifs majeurs des gouvernements européens et surtout de la commission à Bruxelles.

Le modèle permet de réduire considérablement les polluants rejetés dans l’atmosphère : les particules fines, les oxydes d’azote ….
Ce modèle plus respectueux de l'environnement et plus silencieux permet des livraisons en centre-ville et en zone urbaines sans compromis fait sur la qualité du véhicule et le respect des performances.
Le camion est aussi moins gourmand en carburant et permet de faire des économies significatives améliorant le coût total de détention de ce véhicule sur des longues distances. Son autonomie est impressionnante : 1 500 kilomètres sans arrêt, soit l’équivalent d’un Amsterdam-Gênes.

Michelin a décidé de prendre part à l’aventure Stralis, en équipant tous les nouveaux véhicules de ses pneumatiques. Les modèles installés sur ces poids lourds ont une résistance au roulement AAA permettant d’améliorer à nouveau les économies d’énergie et ensemble limiter les émissions.

Pierre Lahutte, le président d’Iveco a d’ailleurs rappelé dernièrement l’un des axes stratégiques majeurs de la marque à savoir “la maximisation d’économies de carburant”.

Les changements de rapports ont aussi été revu sur ce modèle avec un embrayage électrique qui permet d’optimiser les phases de montée en maintenant une vitesse constante, d’approche de rond point et de descente pour réduire à nouveau l'utilisation de carburant.

Scania, Opticruise nouvelle génération

Scania a décidé de répondre tout de suite avec son Opticruise, modèle hybride qui combine une transmission classique automatique avec un moteur à gaz. Avec ses 400 chevaux, il est aussi bien destiné aux transports de marchandises long courrier qu’à la distribution. Il fonctionne avec du gaz comprimé, du gaz liquéfié ou biogaz renouvelable. Le GNL permet d’avoir une excellente autonomie à chaque remplissage et de couvrir de grandes distances! Les ingénieurs de Scania ont mis l’accent sur des nouvelles technologies de synchronisation des arbres primaires et intermédiaires et proposent des nouvelles combinaisons entre les pièces moteur.

La sensation au volant se rapproche d’une conduite avec un moteur Diesel lors des changements de vitesse.

Le marché des poids lourds roulant au GNL est en pleine croissance en Europe, il est nécessaire pour les constructeurs d’asseoir leur position de leader dès maintenant. Sur ce modèle, Scania propose des boites de vitesses totalement manuelles ou totalement automatiques. Le Poids Total Roulant (PTR) peut aller jusqu’à 40 tonnes.

Les deux constructeurs ont marqué leur volonté de transmettre une image plus respectueuse de l’environnement en proposant ces nouveaux modèles au GNL. Prenant une part importante dans la réduction des émissions polluantes dans le domaine du transport, ils travaillent leur image ternie par le scandale du cartel des camions… Une entente de 14 ans avait ralenti l’introduction de technologies de réduction des particules polluantes …