Le protocole e-CMR, régissant la lettre de voiture électronique internationale, a été validé par la France le 5 octobre dernier. Protocole initié par l'ONU en 1958 pour la CMR, il est chargé de régir le contrat de transport de marchandises par route au niveau international. Il avait évolué en 2008 en validant la version électronique dudit contrat avec la ratification par certains pays, avant d'être validé par la France fin 2016, permettant à l'hexagone d'accéder aux nombreux avantages de l'e-CMR.

L'eCMR, les enjeux majeurs d'un secteur en mutation.

La lettre de voiture électronique s'inscrit dans un processus plus général de dématérialisation des documents de transport, levier de compétitivité pour les entreprises du fait d'une gestion simplifiée, et optimisée pour une réduction des coûts. En effet, on estime que la gain est en moyenne de 6 euros par lettre de voiture au bénéfice de la version électronique (voir l'article "La lettre de voiture électronique débarque en France !"). Mais il s'agit aussi pour la filière de s'inscrire dans une démarche éco-responsable dans laquelle s'engagent également les plus importantes sociétés du transport routier (Volvo, Scania etc). A l'heure où l'écotaxe (taxe poids lourds) est régulièrement remis sur la table par les politiques, la lettre de voiture électronique illustre donc bien la tendance lourde d'un secteur en pleine mutation où le digital prend tout son sens et toute sa place.

législation ecmr lettre de voiture électronique

Trouvez les textes officiels traitant de la CMR et de l'eCMR

Liste des pays signataires ou accédants au protocole e-CMR

Liste des pays signataires du protocole eCMR - 2017 Liste des signataires du protocole eCMR au mois de mars 2017

Aujourd'hui (avril 2017), la lettre de voiture internationale électronique est opérationnelle dans les pays suivants : Bulgarie, République Tchèque, Danemark, France, Slovaquie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Suisse et Espagne.